La légende des longs silences

Les longs moments de silence et d’absence sont devenus au fil du temps une tradition sur Absurditis. Mais croyez moi, je ne le fais pas par gaité de cœur. Si je vous plante là comme ça et que je disparais, c’est uniquement parce que moi, je respecte les traditions. Pas comme ces jeunes blogueurs qui n’ont de cesse de bloguer et encore bloguer sans prendre la peine de se taire de longs mois. Tss.

Dans la blogosphère, – qui, soit dit en passant, n’a nullement la forme d’une sphère mais plutôt celle d’une patate, donc appelons-la ‘la blogopatate’. Déjà ça fait beaucoup moins vaniteux que ‘sphère’ et ‘patate’ correspond mieux à ce qu’on trouve sur les blogs -. Donc dans la blogopatate, il y a deux sortes de blogueurs. La sorte de ceux qui bloguent, et la sorte de ceux qui s’excusent à intervalles réguliers de ne pas bloguer par manque de temps mais qui prennent le temps de rédiger un billet pour se justifier. Inutile de vous dire que je conchie avec ferveur les gens de ce second groupe. Non, je m’imaginez pas en train de conchier un blogueur avec ferveur, c’est juste une image. Non ! Cessez de vous faire une image mentale de moi, le pantalon sur les chevilles, penché en avant et tournant le dos au visage d’un blogueur. Je vous dit que ce n’est qu’une expression !

Je préfèrerais cent fois m’arracher un œil et m’étouffer avec (j’ai dit non !) que de devenir l’un d’eux. Mais voilà, n’étant pas un blogueur qui blogue, dans quel groupe pouvais je me classer ? J’ai donc habilement inventé une troisième sorte: Ceux qui cessent subitement de bloguer pendant plusieurs mois et qui reviennent en faisant comme si de rien n’était.

Car oui, je vais faire comme si rien n’était.

– Marrante hein la photo de la pharmacie de la v(i)erge que j’ai publiée il y a quelques jours non ?
– Quoi « deux mois » ? Comment ça « ça fait déjà deux mois » ?
– ALALALALALALALALALLALA JE N’ÉCOUTE PAS CE QUE VOUS DITES ALALALALAALALALLLALALALL !

La technique des 3i:  Innocence. Incrédulité. Irresponsabilité. Ça marche à chaque fois. Et pas que sur internet. Je résous aussi tous mes problèmes de couple comme ça.

Innocence:
– Dis donc, tu ne trouves pas que c’est une peu très sale chez nous ?
Incrédulité:
– Quoi ??? C’est mon tour de faire le ménage ? Mais non ? Sérieusement, j’en doute fort !
Irresponsabilité:
– AALALALLAALLAALALALALALALAL C’EST PAS MON TOUR C’EST PAS MON TOUR C’EST PAS MON TOUR ALALALALALALAALALALAL

Ensuite, je me mets en boule dans un coin du salon et je hulule. Elle fini toujours par craquer.

Donc vous l’aurez compris, je ne vais pas m’excuser ou vous expliquer le pourquoi de mes absences, ça restera un mystère dans la légende d’Absurditis.com. Celle que les bardes post-apocalyptiques chanteront inlassablement de bunker en bunker:

Ceux qui avaient bâti le réseau Internet
Comme la toile d’une araignée géante que l’on tisse
N’avaient qu’un seul propos, leur dessein était net
Donner la vie aux silences d’Absurditis

Sur ces beaux alexandrins que je me suis donné la peine de composer pour vous, et pour vous seulement, je vous dis à dans… quelques jours !